×
Fasan

« Quel est l'intérêt de travailler si à la fin de la journée, ils vous kidnappent et volent tout votre argent ? Je ne pouvais pas continuer comme ça. »

Nigeria

« Après avoir terminé l'école secondaire, il n'y avait pas d'argent pour moi pour poursuivre mes études donc j'ai dû aller dans le monde du travail et apprendre un métier pour me faire un peu d'argent. La situation au Nigéria en ce moment n’est bonne pour personne. Même en Libye, lorsque je disais aux gens que j'étais du Nigéria, ils me regardaient comme si j'étais fou. L'économie n'est pas équilibrée dans mon pays. Certaines personnes possèdent beaucoup tandis que d’autres n'ont rien. Je n'avais rien quand je suis parti en 2014 – juste une mère à ma charge.

J’i passé cinq jours sur la route pour aller en Libye. Les chauffeurs sont censés transporter seulement 10 passagers, mais ils en empilent 40 à la place. Certaines personnes sont tombées alors que la voiture roulait ; ils se sont cassés un bras ou une jambe tandis que d’autres sont morts, mais personne ne s’est jamais arrêté pour eux. Vous ne croiriez pas si je vous disais combien de cadavres il y a maintenant dans le désert.

Une fois arrivé en Libye, j'ai commencé à travailler dans une boulangerie. J'ai travaillé dur pendant plusieurs années et j’avais même réussi à économiser un peu d'argent, mais beaucoup de mauvaises expériences ont suivi. Il y a des gens en Libye qu'on appelle des informateurs. Ils vous regardent et peuvent dire combien de temps vous avez été là et si vous êtes un travailleur acharné, et ils vous kidnappent s'ils pensent que vous avez de l'argent. Si vous voulez travailler en Libye, votre lieu de travail ne doit jamais être trop loin de votre chambre sinon vous risquez d’être kidnappé. À 20 heures tout s’éteint. 

Ils m’ont kidnappé et m'ont demandé 10 000 dinars pour ma liberté. À la maison, si vous avez autant d'argent, vous êtes un homme riche. Mes amis ont négocié pour moi et c'est pourquoi ils ont accepté de me relâcher pour 5000 dinars. Je ne pouvais pas appeler ma mère, elle serait morte si elle avait su que j'étais en prison. Mon ami m’a prêté 3000 dinars et avec les 2000 que j’avais mis de côté, j'ai pu à sortir. Puis l'année dernière, ils ont kidnappé une seconde fois et j'ai dû payer à nouveau. Quel est l'intérêt de travailler si à la fin de la journée, ils vous kidnappent et volent tout votre argent ? Je ne pouvais pas continuer comme ça.

Cette route doit s’arrêter là. Quand vous êtes un homme, vous pouvez plus ou moins gérer les risques que cette route comporte, mais pour les femmes, c'est terrible. Ils vendent les femmes comme prostituées tous les jours. J'ai vu des Nigérianes de 15 ans forcées à se prostituer - c'est un cauchemar. Nous espérons que les choses vont bientôt changer au Nigéria pour que nous-mêmes puissions assurer notre avenir. »

 

Copyright © 2017.Organisation Internationale pour les Migrations Niger.