×
ALIOUNE

« Je me voyais déjà en Europe. Je pensais vraiment que nous allions y arriver cette fois-ci. Au lieu de cela, j'ai été attrapé et mis en prison pour la sixième fois. »

Sénégal

« Une fois mon père décédé, et en tant qu'aîné de ma famille, j'ai décidé d'abandonner l'école et de commencer à chercher des moyens pour subvenir aux besoins de mes sept frères et sœurs. J'ai déménagé dans la capitale. J'ai trouvé un emploi et j'ai commencé à envoyer de l'argent à ma famille. Après un an ou deux, quand j'avais économisé assez d'argent, j'ai décidé de tenter ma chance pour l'Europe.

J'ai passé sept mois en Algérie et un an et demie en Libye. La première fois qu'ils m'ont attrapé en Libye, j'étais sur le point d'embarquer pour l'Europe. Nous étions environ 60 personnes, dont la moitié était des femmes. Ils nous ont tous mis dans une chambre sans fenêtres et nous ont obligées d'appeler nos familles. J'ai appelé mon frère et il a commencé à pleurer. Nous savions tous les deux qu'il n'avait pas les moyens de payer ma rançon. Ils ont battu à mort trois personnes devant mes yeux. Je pensais que j'allais mourir là-bas.

Quand quelqu'un est venu payer la rançon pour son ami, j’ai convaincu les autres d’attaquer le garde. Nous l'avons frappé et nous avons commencé à courir. Je me suis caché dans un bâtiment abandonné jusqu'au lendemain matin. Le lendemain, j'ai appelé ma mère pour lui faire savoir que j'étais toujours en vie.

Mon frère m'a envoyé de l'argent et ensuite j'ai travaillé pendant les deux mois suivants jusqu'à ce que j'économise assez pour payer le voyage en bateau.

Après avoir pris ce bateau, j'ai passé les 15 prochains jours en mer. Encore une fois, ils nous ont intercepté et nous ont mis en prison. Quelques jours plus tard, nous nous sommes échappés à nouveau. Quand nous sommes arrivés au centre-ville, nous avons rencontré un homme qui cherchait des gens pour travailler pour lui, mais quand nous sommes arrivés chez lui, nous nous sommes rendu compte que nous étions à nouveau enfermés.

Je lui ai dit que j'étais pauvre, que ma famille n'avait rien, que c'était pour cela que j'étais parti en premier lieu. J'ai continué à penser à moi-même : "Dieu, qu'ai-je fait pour mériter cela?". Après deux mois de torture, une fois qu’un ami m'a envoyé de l'argent, ils m'ont finalement relâché.

Après ça, j’ai réussi à économiser une fois de plus pour passer en Italie. Ils nous ont arrêtés car nous étions sur le bateau. Cette fois, je n'ai passé que trois semaines en prison. Cependant, je ressentais chaque jour que je passais là-bas comme une année entière.

Après m'être échappé, j'ai décidé que j'en avais assez et qu'il était temps de rentrer chez moi. J'ai dit à mes amis que je partais et ils m'ont encouragé à essayer à nouveau et m’ont dit de ne pas me décourager. De à nouveau en mer, je pouvais déjà me voir en Europe. Je pensais vraiment que nous allions y arriver cette fois-ci. Au lieu de cela, j'ai été attrapé et mis en prison pour la sixième fois. J'ai définitivement appris la leçon. Je suis prêt à rentrer à la maison. »

Copyright © 2017.Organisation Internationale pour les Migrations Niger.